retour au sommaire

 

 

 

 

COMMUNIQUE

Il est interdit de s'endormir…

Un grand écart n'a pas été nécessaire pour voir simultanément un " salopard " s'échapper des geôles de Borgo et un autre, avec force canonnade, de la prison de Fresnes.

"On " peut, ce qui nous est dit, rechercher pour Borgo des " intelligences " ; cela, parce que pas encore dit, ne paraît pas être le cas pour Fresnes où des moyens guerriers - pour ne pas dire de guerre ! - ont été mis en œuvre.

" On " peut, ce qui n'est pas une nouveauté, remettre en cause le système carcéral.

" On " peut impliquer l'inconséquence des surveillants qui n'ont pas su prévoir, interpréter et s'opposer.

Ayons la modestie de penser que l' " on " peut tout dire dès lors où, dans un programme de remise à plat d'errances, il faut expliquer ou tenter de justifier l'inexplicable.

Les gardiens de prison font un merveilleux métier que nous leur laissons volontiers. Ils doivent nous inspirer un profond respect.

Faux ! Nos prisons ne sont pas des passoires… C'est du " Gortex " !

La société, au travers de son bras armée qu'est la police, prend des risques inouïs pour mettre hors d'état de nuire le délinquant l'adressant à des structures " appropriées " dont il sait pouvoir sortir pour n'avoir jamais voulu y enter.

Il faudra plus que des anathèmes et/ou des effets d'annonce pour pallier des lustres d'incurie.

" Chaque jour remet ton ouvrage " … Cela finit par lasser !

 

Philippe Bitauld

 

 

 

  

 

 

EFFET DE L'ARRÊT GRIESMAR…

 

Bonification de pension pour enfant accordée aux pères fonctionnaires ?

Le projet de loi sur les retraites adaptera la loi française :

Selon, Info-Maire, Renaud Dutreil, secrétaire d'Etat aux Petites et moyennes entreprises, a confirmé, mardi, à l'Assemblée nationale, que le gouvernement examine "avec soin" les adaptations législatives nécessaires pour adapter le droit à la récente décision du Conseil d'Etat sur les bonifications de pension pour enfant prévues à l'article L. 12 du Code des pensions civiles et militaires. Que ces adaptations seront proposées dans le projet de loi sur les retraites qui sera prochainement soumis au Parlement.

"Notre objectif sera de garantir à la fois les avantages familiaux, l'équité entre les régimes et la sauvegarde de la retraite par répartition. Ce dossier ne peut être traité que dans le cadre global de la réforme des retraites, en vue de laquelle le gouvernement a ouvert la concertation. Le gouvernement insiste sur la portée de cette jurisprudence "qui vise l'ensemble des discriminations fondées sur le sexe, tant dans le Code des pensions civiles et militaires que dans les régimes spéciaux. C'est donc dans ce contexte plus large que la question doit être appréciée. En tout état de cause, la question, a-t-il précisé, ne peut, comme le lui demandait un député, être réglée par circulaire, qui ne peut déroger à une disposition législative. "

La question du "comment" reste posée...

En effet, la Cour des communautés européennes a épinglé l'État français eu égard à la discrimination fondée sur le sexe qui persiste dans le Code des pensions civiles et militaires.

La France est devant le choix cornélien de gommer la bonification inscrite au bénéfice des femmes ou d'en faire profiter les hommes (le tout étant affaire de gros sous).

La formule "garantir à la fois les avantages familiaux" , "l'équité entre les régimes" et surtout la "sauvegarde du régime par répartition" laisse peu de place à la spéculation...

 

 

 

 

LA FACE CACHÉE DU MONDE

Il en fait couler de l'encre le bouquin de Pierre PEANT et Philippe COHEN au point que la menace du procès est brandie.

" ce livre déshonore la profession…Interrogé sur les "pressions du Monde" dans la nomination de Patrice Bergougnoux à la Direction de la police nationale -confirmées par Claude Allègre, souligne Le Point -, M. Plenel répond "invention totale"…Sur ses relations avec Bernard Deleplace, patron du syndicat de police FASP, relations évoquées dans le livre, Edwy Plenel affirme : "Bernard Deleplace est devenu un ami. C'est une exception dans mon parcours professionnel que j'assume. Il arrive qu'il y ait des coups de foudre d'amitié. Est-ce que cette amitié m'a amené à faire des choses déontologiquement inadmissibles?".

Ah ! Ce PLENEL… une vieille connaissance. En 1990, il réclamait dans les colonnes du Monde la dissolution de la FPIP. Rien de moins ! Sans doute que son pote Nanar, alias le gourou à moustache, alias Deleplace, ne devait pas être loin pour se goupiller la vrai "VIE DE FLIC " dont la rédaction aurait été, selon Pierre PEAN et Philippe COHEN, confiée à son copain.

Voilà ce qu'en disait Police & sécurité Magazine, organe de presse de la FPIP, dans son édition du 28 juin 1987 :

" On en apprend de belle dans le bouquin que DELEPLACE, l'inamovible gourou à moustache des flics de gauche, vient de commettre chez Gallimard ! Les pages " qu'il signe " de cette " VIE DE FLIC ", qui a fort peu porté le képi, sont ennuyeuses en dépit de l'aide des camarades folliculaires gauchistes qui ne dédaignent pas d'arrondir leurs fins de mois dans la très bourgeoise maison d'édition… Notre agent de police vraiment très spécial y raconte comment son enfance bercée par un papa prolo, un pépé braco, un tonton anar, l'a fait prendre conscience d'être non un classique gardien de la paix, payé par l'État pour assurer la protection des personnes et des biens, mais un simple O.S de la sécurité…

Apprenti garçon boucher, Deleplace raconte qu'il n'avait pu résister au plaisir de " piquer " dans la caisse de son patron. Devenu flic, il avoue sans vergogne comment il a " pété " la vitrine d'un commerçant exploiteur des événements de mai 68. Comment il a laissé des " pauvres " voler dans un supermarché dans lequel on avait requis une surveillance de la force publique. Comment, depuis qu'il est hissé à un certain niveau syndical, il s'efforce de paralyser le fonctionnement de l'administration sûrement un peu maso…

Le parfais petit guide, en somme, de toutes les petites taupes de gauche qui se sont introduites dans la police pour mieux la déstabiliser. "

 

Si c'est pas être visionnaire !

 

 

AUCUNE EXCUSE...

Rien ne saurait justifier les tirs nourris de pavés et de cocktails molotov que pompiers et policiers ont dû essuyer cette nuit dans les quartiers sensibles de Nîmes.

A qui fera-t-on croire qu'incendies de poubelles, de voitures, pillages de magasins et destructions d'édifices ont un lien quelconque avec le décès d'un jeune délinquant de la cité Valdegour ?

Pour avoir été surpris lors d'un cambriolage, pour avoir tenté d'expédier dans le fossé la voiture des gendarmes lancée dans une course poursuite, un délinquant a perdu la vie.

En toute hypothèse, même si on peut le déplorer, c'est un risque prévisible que ne peuvent ignorer celles et ceux qui ont fait le choix de s'attaquer à la société et à ceux qui la servent.

La FPIP ne pleurera donc pas !

Elle apporte son soutien à ses collègues gendarmes devant ce que la presse qualifie déjà de " pire qu'une bavure ", aux forces de l'ordre et aux sapeurs pompiers confrontés aux représailles de la rue.

 

 

 

 

 

 

RETRAITES : Policiers/Gendarmes même traitement ?

 

" Le Premier ministre a annoncé dans sa déclaration de politique générale que la réforme des régimes de retraite serait discutée puis arrêtée par le gouvernement au cours du premier semestre 2003…

Je veillerai personnellement à ce que les spécificités de l'État militaire soient justement prises en compte dans le projet qui sera adopté … " Le ministre de la Défense.

Côté Intérieur : SILENCE RADIO !

Cela cache-t-il un grand coup de ciseaux dans le code des pensions civiles et militaires où seuls les militaires seraient, pour les retraites, conservés au budget de l'État ? (projet d'Alain JUPPE de 1995).

Avec le projet d'alignement du " public " sur le " privé "

(40 années de cotisation)

DANGER !

 

EXIGEONS LA RECONNAISSANCE…

EXIGEONS QUE

" les spécificités de la police soient justement prises en compte "

Avec :

  • Le maintien du principe des départs à la retraite avant 55 ans, 37,5 annuités et 75% du salaire.
  • Le maintien de la bonification d'une annuité pour 5 ans 

 

 

 

COMMUNIQUE

 

Un tueur de policier en cavale…

 

La Fédération Professionnelle Indépendante de la Police condamne sans réserve l'incroyable permission de sortie accordée à Alain THOMASSON, assassin de policier, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour homicide, homicide sur agent de la force publique et vol à main armée.

Par l'inconsistance d'un juge d'application des peines, cet individu dangereux est actuellement dans la nature, ayant omis de regagner, le 23 février 2003, le centre de semi-liberté de MAXEVILLE (54) où il était incarcéré.

Pour appréhender à nouveau Alain THOMASSON, policiers et gendarmes vont encore devoir s'exposer comme ils l'avaient déjà fait lors de son arrestation avec le drame qui s'en est suivi.

Il peut encore tuer !

La FPIP en appelle aux pouvoirs publics pour que la réclusion à perpétuité ne devienne pas juste une formule mais soit exécutée dans les faits. De plus fort, quand elle est justifiée par l'assassinat de celles et ceux qui ont en charge d'assurer la paix publique.

Le ministre de l'Intérieur si prompt à tancer ses troupes trouvera-t-il à redire dès lors où elles sont potentiellement en danger de mort ?

Car, c'est bien de cela dont-il s'agit ! 

 

 

 

SAINT - DIZIER (52) - 24 février 2003

Un policier a été blessé au bras par une pierre lancée contre le véhicule de police dans le quartier du Vert-Bois à Saint-Dizier.

Des pierres ont également été lancées contre le véhicule des sapeurs-pompiers venus éteindre une douzaine de véhicules incendiés et des feux de poubelles.

Suite à un jet de cocktail molotov, les pompiers ont dû renoncer à intervenir.

"les sauvageons" ont été incommodés.... par la présence d'un véhicule des compagnies républicaines de sécurité en mission de sécurisation routière !

La campagne menée contre les "supposées violences policières" a dû très certainement réveiller ces violences urbaines qu'il était illusoire de considérer comme éradiquées.

Six interpellations ont été effectuées.

La justice doit frapper... Sinon ?

 

 

 

 

 

Sacrés Anglais !

 

Selon le journal The Sun, la Metropolitan Police de Londres vient de recruter son premier officier transsexuel.

La nouvelle recrue à 39 ans et il est "Female to Male", c'est à dire, "née femme" et devenu physiquement homme après opération chirurgicale.

Il a commencé à exercer à l'Université de la Police de Hendon.

C'est la première fois qu'un officier transsexuel est recruté dans les rangs de la police.

Malheureusement, pour le moment et jusqu'à ce que ses papiers notifient son changement de sexe, l'officier ne pourra pas aider ses collègues à rechercher de suspects.

En effet, comme son acte de naissance stipule qu'il est de sexe féminin, il ne pourra pas rechercher de suspects masculins.

Mais, de la même manière, puisqu'il est devenu homme, il ne pourra pas rechercher de suspects féminins.

La nouvelle n'indique pas quel sera son poste dans la police.

 

http://www.net2one.fr/n2o.asp?n=1833&m=1&i=9353984