De New-York à Paris en passant par l'Angleterre

 Crimes et délits constatés / Population / Budget / Effectifs

Moyens / Salaires / Lutte contre l'insécurité / Question de flegme

la Suède va tester un cybercommissariat

 

 

"Ce travail d'analyse, cette photographie comparative entre les différents choix politiques sont précisément destinés à susciter des débats, des commentaires et pourquoi pas des propositions, dès lors qu'elles nous paraîtraient utiles à la résolution des maux qui sont les nôtres.

Mais tout ceci est d'abord affaire de volonté politique"

 

Claude PERNES, président de l'AMIF

Extrait du "livre blanc de la sécurité urbaine" réalisé avec le concours "d'ERNST&YOUNG" pour le compte de l'Association des Maires de l'Île de France (A.M.I.F)

Tout en considérant le principe selon lequel il y a trois formes de mensonges :

le mensonge proprement dit

le mensonge crapuleux

les statistiques

et retenant en toute hypothèse que les données statistiques qui vont suivre n'intègrent que les seuls faits constatés ce qui, bien évidemment, constitue un "pieux" mensonge par omission, certaines pouvant allègrement être multipliées par CINQ, "nous allons "susciter des débats, des commentaires et pourquoi pas des propositions, dès lors qu'elle nous paraîtraient utiles à la résolution des maux qui sont les nôtres"

Comparaison entre NEW-YORK et l'ÎLE-DE-FRANCE

 

 

CRIMES ET DÉLITS CONSTATES

DE 1993 à 1998

nature des crimes et délits
1993
1998
évolution en %

N-Y
I-D-F
N-Y
I-D-F
N-Y
I-D-F

homicides et tentatives

1927

635

629

591

-67.35%

-6.93%

viols

3225

1518

2485

2030

-22.94%

+33.70%

vols avec violences

41121

23023

28852

31500

-29.83%

+36.81%

cambriolages

100936

130707

47150

97149

-53.28%

-25.67%

vols d'automobiles

111622

94714

43347

68173

-61.16%

-28.02%

vols à la roulotte

85737

227370

51427

163622

-40.01%

-28.03%

Haut de page

Comparons...

La population :

NEW-YORK 11 000 000 d'habitants

Île de France 11 000 000 d'habitants

Haut de page

Les budgets :

NEW-YORK :

"Le budget consacré à la politique de sécurité est considérable. Pour la seule police, ce budget s'est élevé à 2,6 milliards de dollars en 1999 (environ 17 milliards de francs) pour un budget global de 9,4 milliards de dollars soit plus de 60 milliards de francs par an (27% du budget de la ville)."

Île-de-France (source rapport de la cour des comptes 1998) :

Personnel 7560 Millions de francs

Fonctionnement 1690 Millions de francs

Équipement 545 Millions de francs

Le coût global de la Préfecture de Police peut ainsi être estimé à près de 10 milliards de francs par an.

 

Haut de page

Les effectifs :

NEW-YORK (intra-muros) :

40 000 agents en uniforme

8600 employés à des taches administratives

1700 à la surveillance des sorties d'écoles

soit au total plus de 50 000 personnes

ÎLE -DE-FRANCE :

Paris (intra muros)

20 000 agents et tenue et en civil.

Petite couronne : départements 92, 93 et 94 :

13 000 pour les trois départements.

Grande couronne : départements 77,78,91 et 95 :

8000 pour les quatre départements.

Haut de page

Les moyens :

NEW-YORK :

6500 véhicules, 26 bateaux et 6 hélicoptères sans compter chevaux et vélos.

Moyens technologiques de pointe et notamment système de vidéo surveillance.

Informatisation de pointe éliminant quasiment toute paperasserie.

l'ÎLE-DE-FRANCE :

5847 véhicules à Paris et dans la petite couronne.

2000 véhicules en grande couronne.

un seul hélicoptère relevant de la Protection Civile.

Haut de page

Les salaires :

NEW-YORK :

Salaire moyen d'un policier avec 5 ans d'ancienneté

60 000 dollars/an soit environ 30 000 francs/mois

l'ÎLE-DE-FRANCE :

Avec 5 ans d'ancienneté environ 8600 franc par mois

Haut de page

CONCEPTUALISATION DE LA LUTTE CONTRE L'INSÉCURITÉ :

NEW-YORK :
La théorie de la "fenêtre cassée" (broken windows)

Deux professeurs de sociologie d'Haward (KELIING et WILSON) ont inventé cette théorie en s'inspirant des travaux du professeur ZIMBARDO. Ce dernier avait, dans les quartiers marginaux, examiné un certain nombre d'indicateurs :

=> nombre de fenêtres cassées

=> saletés

=> graffitis, etc...

A partir de ce constat une enquête sur les immeubles dégradés (avec notamment des fenêtres cassées) a permis d'établir deux catégories au sein de chaque quartier.

les immeubles rapidement réparés à la suite de bris de vitres ;

les immeubles jamais réparés en cas de vandalisme.

Les résultats de cette étude furent spectaculaire :

=> dans la 1 ère catégorie, il y avait beaucoup moins de fenêtres cassées et bien moins souvent ;

=> dans la seconde, on y trouvait le phénomène exactement inverse, avec un accroissement exponentiel du nombre de carreaux cassés et de dégradations en tout genre.

A partir de ce constat, KELLING et WILSON ont rédigé leur théorie: "les réactions des êtres humains dépendent pour partie de leur environnement. L'État des quartiers dans lesquels ils vivent induit leurs comportements".

En quelques mots, quand on vit dans un immeuble dégradé aux vitres cassées, cela incite à en casser d'autres, et peu à peu à commettre des actes plus graves débouchant sur une délinquance de plus en plus dure. Quand une telle insécurité se généralise dans un quartier, les citoyens honnêtes finissent par ne plus sortir et par ne plus laisser sortir leurs enfants...

Peu à peu, la rue est abandonnée aux bandes qui favorisent leur loi, c'est à dire la délinquance. Ils vident les rues de la population saine, et il n'y a plus de foule pour pouvoir s'interposer aux agressions. D'ailleurs les gens honnêtes décident de quitter de tels quartiers qui finissent en "zone de non droit"

La théorie de la tolérance zéro (zéro tolerance)

 

 Dès 1993, Pour contrer les désordres causés par les effets de la la théorie des "fenêtres cassées", des consignes données à la police ont été changées radicalement : "Celle ci ne doit plus tolérer le moindre petit délit, la moindre entorse. C'est la théorie de la "tolérance zéro" introduite par William BRATTON qui est le premier "Police Commissioner" nommé par Rudolph GIULIANI (maire de New-York).

L'exemple de la lutte contre les graffitis

Au début des années 1990, le métro souffre d'une forte poussée de délinquance : bousculades, vols à la tire, graffitis, fraudes aux tourniquets. A cela s'ajoute un environnement très dégradé : bruit, saleté des stations, mauvais éclairage...

Peu après son arrivée à la mairie, Rodolph GIULIANI, ordonne à la police de juguler ce problème. Les dégradations ont été réparées immédiatement ; les peines ont été alourdies et les auteurs de dégradations arrêtés sur le champ. En 1999 les graffitis ont complètement disparu...

TOUT EST AFFAIRE DE VOLONTÉ POLITIQUE...

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

EXEMPLE A SUIVRE.

L'exemple de la lutte contre la prostitution et la drogue

Les propriétaires d'immeubles abritant des prostituées et/ou des trafiquants ont été sérieusement sanctionnés : Incitation à expulsion ; faute de réaction des propriétaires : fermeture de l'immeuble voire confiscation.

Concernant la lutte contre la drogue, Rudolph GIULIANI a envoyé plus de 500 policiers en civil pendant 1 an à HARLEM. Par ailleurs, la justice ne distingue plus entre usager et trafiquant de drogue, séparation souvent difficile à faire (les trafiquants expliquent en général que les doses confisquées servent à leur usage personnel). C'est pourquoi désormais, seule la quantité de la drogue saisie détermine le niveau de peine.

 

TOUT EST AFFAIRE DE VOLONTÉ POLITIQUE...

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

EXEMPLE A SUIVRE.

 

(NDLR) l'ÎLE-DE-FRANCE et COMMENTAIRES

Faute de volonté politique, la police de l'Île-de-france s'englue dans un système où la prévention s'érige, encore et toujours, en panacée universelle. Les citoyens en font les frais, encore et toujours...

La Police Urbaine de Proximité, constituée pour bonne part d'adjoints de sécurité ( contrat à durée déterminée), est censée résoudre des phénomènes identiques à ceux que connurent New-York en 1993.

Il suffit de se reporter au tableau supra pour apprécier la formidable inconséquence de nos concepteurs "

Décidément, ils n'ont rien appris...

Oui, bien sûr, tout est affaire de volonté politique !

Si, tout de même, le dernier gadget à la mode...

mettre en place des "sucettes" pendant les gardes à vue des fois que...

 

 

Où est donc passé le flegme britannique !

INFO Télé : Relevée sur CHANEL FOUR Angleterre.

Vendredi 31 Mars 2000.

Accidents de "Flics".

Les policiers britanniques devront-ils repasser leur permis ?

Police-Secours, danger ! 18 000 chauffeurs de la police britannique vont passer de nouveaux tests de conduite à la suite des nombreux accidents provoqués, directement ou indirectement, par des voitures de police répondant, gyrophares allumés et sirènes hurlantes, à des appels d'urgence. L'an dernier, 19 personnes ont été tuées et plus de 2 000 ont été blessées dans des accidents dans lesquels étaient impliquées des voitures de police, selon la chaîne de télévision CHANEL FOUR. Les policiers qui échoueront à ces tests devront prendre de nouveaux cours avant d'être autorisés à conduire de nouveau. De plus, leurs voitures vont être équipées de " boîtes noires " qui indiqueront si les sirènes et gyrophares étaient en action au moment d'un accident. Des " mauvais points " seront donnés aux policiers qui ne respectent pas le Code de la route.

____________________________________ STOP _______________________________________.

 

La Suède va tester un cybercommissariat.

 

La Suède va ouvrir à la fin du mois son premier cybercommissariat, une sorte de cabine vide de policiers et connectée aux réseaux informatiques.

Les initiateurs du projet reconnaissent eux-mêmes qu'ils ne savent pas encore exactement ce que cela va apporter. Mais il leur semble évident que l'expérience vaut le coup d'être tentée, surtout en période de vaches maigres pour la police, dont les effectifs persistent à fondre.

Grand nord

Cette station de police virtuelle est située le long de la E4, une route trans-européenne qui longe la côte baltique de la Suède et remonte vers le grand nord. Vastes espaces, nature intacte et population clairsemée. A ces latitudes, la E4 se transforme en route touristique et draine beaucoup de trafic. Ces deux composantes, population raréfiée et flux de touristes, ont poussé la commune de Kramfors, 400 kilomètres au nord de Stockholm, et la police régionale de Västernorrland (une région grande comme la Lorraine, avec une population de 250 000 habitants et 380 policiers aujourd'hui, contre 460 il y a six ans) à installer ce cyber-commissariat dans l'hôtel Hornöberget, tête de pont d'un complexe touristique à l'entrée de la région.

Grand écran

Pour entrer dans le petit local vitré - afin que l'on puisse voir qu'il est vide - le quidam doit d'abord décrocher un téléphone situé à l'entrée. Celui-ci est relié au commissariat de Kramfors, à une vingtaine de kilomètres de là. Une fois que le policier est sûr qu'il tient un client, il déverrouille la porte, le plaignant entre et des persiennes tombent le long des vitres pour assurer sa tranquillité durant les opérations. Face à lui, un grand écran d'un mètre de large où, par un système de vidéoconférence, le policier et le plaignant peuvent se voir. Le policier pourra enregistrer toutes sortes de plaintes mais aussi guider la personne pour des démarches administratives qui pourront être effectuées sur place grâce à des formulaires et une imprimante. Grâce à la caméra, le plaignant pourra par exemple montrer à l'écran la photo d'une personne disparue ou un document. De son côté, le policier pourra par exemple, montrer différents modèles de voitures pour rafraîchir la mémoire de son interlocuteur. "Par rapport à une simple communication téléphonique, le policier sera surtout capable d'interpréter le comportement du plaignant, indique Per Silverliden, directeur régional de la police.

D'après certains chercheurs, le langage non parlé, celui des gestes et des expressions du regard, représente 80 % de la communication. D'où l'intérêt de la caméra." La police y gagne à ne pas avoir à se déplacer pour n'importe quelle broutille. "Nous pouvons même envisager de convoquer un témoin au cybercommissariat pour l'interroger plutôt que le faire se déplacer", poursuit Per Silverliden. Mais pour le moment, c'est encore l'inconnu. "Je crois qu'au début, on va surtout organiser beaucoup de visites pour les touristes, admet Roland Ekbäck, du commissariat de Kramfors. C'est un projet pilote. On va voir jusqu'où on peut aller." Le cybercommissariat suivra d'abord les horaires d'ouverture du poste de Kramfors, du lundi au vendredi, de 8 heures à 16 heures. Avec l'ambition de passer à une veille 24 heures sur 24. Grande ambition. Il y a quelques jours, c'est la police de Stockholm qui a annoncé que les internautes de la capitale suédoise pourront dès l'an prochain déposer plainte ou signaler des infractions mineures par l'Internet. Un petit pas de plus vers la grande ambition du gouvernement suédois: l'administration 24 heures sur 24 (lire encadré ci-contre). "Nous voulons une sorte de self-service électronique, à la mode d'Ikea, où ce sont les "clients", les administrés en l'occurrence, qui se servent eux-mêmes dans les "rayons" de l'administration", explique Olof Östberg, directeur de l'organisation de Statskontoret, l'agence pour le développement de l'administration. Actuellement, les différentes administrations et agences gouvernementales bûchent pour mettre au point les critères à retenir pour une signature électronique commune, seul moyen de garantir l'authenticité des transactions et des communications. "On est arrivé si loin en Suède dans l'utilisation de l'Internet, avec près de 50 % de la population connectée, qu'on va stagner si on ne franchit pas le pas suivant grâce à la signature électronique, dit Olof Östberg. Nous avons la technique pour cela, mais pas encore la législation. Et puis toutes les administrations n'ont pas la même exigence de sécurité pour les services qu'ils peuvent proposer." La solution devrait être adoptée d'ici à l'automne.

 Crimes et délits constatés / Population / Budget / Effectifs

Moyens / Salaires / Lutte contre l'insécurité / Haut de page