Facebook

La FPIP créée en 1973 doit ses origines au refus de policiers courageux, d’accepter l’inacceptable : l’injustice !

Elle a toujours été de tous les combats dès lors où la fonction ou le métier sont menacés.

Contrairement aux autres organisations, notre Fédération est uniquement constituée de policiers nationaux et municipaux, car nous estimons que nous n’avons rien de commun avec les autres corporations et que les policiers paient plus souvent que d’autres le prix fort pour l’exercice de leur métier, allant trop souvent  jusqu’au sacrifice suprême

Son indépendance à l’égard de toute philosophie et son professionnalisme dans la défense du métier en font un syndicat incontournable, un empêcheur du n’importe quoi ! Elle se veut la 3ème voie du syndicalisme policier.

La FPIP a accédé pour la première fois en CAPN en 1998 et est présente dans diverses CAPI et autres Comités techniques

Depuis des années et  en toute  logique, la FPIP réclame  la création d’une 4ème fonction publique qui regrouperait tous les métiers de la sécurité : douaniers, pénitentiaires, gendarmes, pompiers etc…

De surcroit, au fait du monde moderne, la FPIP a intégrer une  grande Confédération européenne de syndicats de policiers, EUROCOP, afin de porter haut et fort nos revendications au niveau européen, car nombre de policiers en Europe sont confrontés aux mêmes problèmes de violences à l’égard du policier en particulier et de la société en général.

Nous sommes contre toutes formes d’autogestion à laquelle se livrent aujourd’hui et depuis des lustres, les deux grandes formations syndicales de la Police nationale, passant le plus clair de leur temps  en des échanges puériles et stériles par sites interposés.

Beaucoup de ces grands représentants ont oublié la police de terrain depuis longtemps et au lieu de défendre les flics qui risquent leur vie au quotidien, ils négocient sur votre dos, assis confortablement dans leur fauteuil profond, des avancements gracieux pour leur compte ou des mutations discrètes pour les petits copains.

C’est pourquoi, l’autre grand combat de la FPIP  est la lutte contre les turpitudes tant en matière de mutation ou d’avancement, au détriment des policiers en difficultés réelles

Il existe une 3ème voie pour vous policiers, hommes et femmes  de tous rangs,  las de ces salamalecs  d’un autre âge qui font le jeu de notre administration : la FPIP, dont la devise, Servir et non Se servir est le pictogramme de son drapeau

Si vous aussi, vous voulez relever ce drapeau dont les 3 couleurs figurent aussi sur votre uniforme, alors n’hésitez pas, et vous vous apercevrez que vous n’êtes plus seuls !

Claude CHOPLIN, Secrétaire Général Fédéral